top of page

Le livre

Nous existons pour aimer et être aimés. Partout et toujours. Dans notre vie familiale, amicale, professionnelle et sociale. L'amour est l'horizon de toute vie humaine. Absent, on le recherche, parfois désespérément. Présent, on veille sur lui, de peur de le perdre. La particularité de ces pages est précisément d'approfondir toutes les richesses de l'amour en partant uniquement de l'expérience vécue. Chacun, avec la vie qui est la sienne, trouvera de quoi enrichir ses relations personnelles. Ce petit livre qui s'adresse à nous tous, quelles que soient nos racines, nos croyances ou nos opinions, n'est pas un savant traité mais plutôt un miroir à facettes qui nous est tendu afin que nous réfléchissions à notre manière d'aimer et d'être aimé. Pour mieux semer avec nos mains les graines de l'amour…

NELLE COUVERTURE.png

L'auteur

Marc Vaillot est prêtre. Ses études littéraires, philosophiques et théologiques ont été enrichies par ses nombreux entretiens quotidiens avec des femmes et des hommes de tout âge et de condition. Il est notamment l'auteur des livres suivants : Le prêtre, homme de feu, home d'amour (Le Laurier, 2009), Mon écrin de prières (Mame, 2014), Mes prières (Mame, 2015) et Soif de Dieu, soif de l'homme (Salvator 2018). Dis-nous, Joseph (Salvator, 2024).

AAC LE BON IULTIMO -SANS CERCLE.jpg

Introduction

Vous existez, cher lecteur, pour aimer et être aimé. Partout et toujours. Que vous soyez célibataire ou marié. Dans toute relation humaine et quelles que soient vos origines, votre culture, ou votre éducation, que vous soyez agnostique ou croyant, l’amour est l’horizon de toute vie humaine. Absent, on le cherche. Présent, on veille sur lui de peur de le perdre.

Qu’est-ce qui peut combler ma vie ? L’amour. L’amour seul. Qu’est-ce qui me rend triste, amer, malheureux ? L’absence d’amour.

Parlons donc de l’amour.

J’aime mes frères et sœurs, j’aime cet ami, j’aime mes enfants, j’aime Dieu, j’aime mon épouse, mon époux… Que de nuances et de différences dans cet unique verbe ! Et toujours demeure en lui un ineffable mystère, réfracté comme dans un diamant dans ses multiples facettes. Voici ce que nous voulons regarder de plus près. Notre trésor est l’amour, et là où est notre trésor se trouve immanquablement notre cœur.

Aimons-nous vraiment ? Qu’est-ce qu’aimer ?  Un rêve… qui peut être à la portée de tous.

Que chaque homme, dès l’âge de raison, soit ébranlé dans son intelligence, transformé… à vie – comme je le fus un jour – par cette vérité, cette révélation : il est juste que chacun soit aimé !

Oui, chacun, quel qu’il soit, a le droit d’être aimé. Nul n’a donc le droit de ne pas aimer !

Et – le rêve de plus en plus accompli – que cet impératif universel devienne le but et l’engagement de chacun.

Voilà l’aspiration essentielle de ces pages : que la réalité… dépasse le rêve.

C’est la quête de ce petit livre. Non pas un savant traité mais plutôt un miroir que je vous tends, cher lecteur, un miroir à facettes, lui aussi : parfois léger et parfois grave, logique et paradoxal, à l’image de l’amour. Chaque chapitre renvoie à l’un des reflets de l’amour : cinquante-quatre exactement, un par semaine, à lire tranquillement tout au long de l’année.

Dans ce monde où l’on semble toujours pressé, si nous prenions un peu de temps…

Un temps pour apprendre à aimer.

1
Aimer, c’est vouloir du bien

Homme et femme, nous avons reçu une qualité particulière : nous pouvons aimer et être aimés. Nous pouvons faire de notre vie une histoire d’amour.

Et comment ? En cherchant à vouloir du bien, pour moi, pour les autres… Rien que ça ! Et déjà tout ça ! Un proverbe berbère nous enseigne : Vise toujours la lune ; si tu la manques, tu atterriras quand même parmi les étoiles. Aimer, c’est viser haut, c’est chercher à faire du bien, à avoir une attitude bienveillante. Le désir d’aimer est toujours fécond. Même balourd et insipide, si je cherche à répandre le bien, j’aimerai et je serai aimé.

L’amour implique le désir conscient d’améliorer l’autre. Aimer, c’est « bien vouloir », avoir un cœur grand. Étymologiquement, « bienveillant » signifie précisément « celui qui veut le bien ». C’est à cela qu’est appelé tout homme et toute femme de bien. À l’inverse, « mal vouloir » est toujours destructeur. Ô combien de malheureux exemples !

Un jour, un chef d’entreprise, énervé, sermonne vertement un de ses adjoints. Celui-ci rentre chez lui de mauvaise humeur et accuse son épouse d’être trop dépensière. L’épouse, agressée par ce reproche soudain, s’en prend à la jeune fille au pair, au prétexte qu’elle fait mal réviser les leçons des enfants. La demoiselle donne un coup de pied au petit chien qui, clopin-clopant, ne faisait que passer dans la pièce. Le toutou, furieux, fugue et croque le mollet d’une dame âgée qui se demande encore le pourquoi du comment. Choquée et hospitalisée, elle rouspète et s’agite au point de rendre fou le jeune infirmier de service. Celui-ci rentre, épuisé, et reproche à sa mère la température de la soupe. La mère se tait, caresse les cheveux de son fils et lui dit : Demain, je te ferai une tapenade d’olives noires ;  tu te régaleras ! Tu travailles beaucoup, mon chéri. Prends une douche ; je vais changer tes draps. Propres, ils sentiront bon et tu dormiras mieux. Demain, tu seras comme neuf.

La volonté bienveillante de cette maman a brisé la chaîne de colère et de malveillance… C’est cela, aimer : vouloir du bien.

Livre

2
Aimer, c’est s’aimer soi-même

La nature de l’amour implique l’altérité : il faut être au moins deux personnes pour que l’amour puisse naître, se nourrir et atteindre son accomplissement. Mais comment aimer sans s’aimer soi-même, pour se remplir de ce que l’on pourra ainsi partager par la suite ? Aimer, c’est une profusion, un excédent, un trop-plein qui déborde vers autrui. Comment serais-je aimé de quelqu’un, comment pourrais-je accueillir son amitié si je ne suis pas convaincu d’être en mesure de le mériter, d’être aimable et de pouvoir accueillir l’amour ? Dans tout lien d’amitié, d’affection, d’amour, il y a un échange, une réciprocité. J’accueille l’autre et je me donne à lui. Et pour que ce don soit vrai, il faut que je croie en ma valeur et que je m’accepte tel que je suis.

Cet amour de soi se travaille, s’éduque. Bien souvent, conscients de nos erreurs et de nos échecs, nous avons tendance à refuser de nous aimer. Il est essentiel de se préserver de cet écueil. Attention cependant : l’amour de soi véridique et légitime ne peut être de l’égoïsme, ni du « nombrilisme », ni même de la présomption.

La rose fleurit merveilleusement parce qu’elle n’essaie pas de devenir une gentiane des neiges ou un iris des Pyrénées. Il faut s’accepter tel que l’on est, être ce que l’on est déjà, en devenant tout simplement ce que l’on est censé être ! À l’image de la sage devise du poète grec Pindare, homme, deviens ce que tu es, construis-toi, forme-toi, épanouis-toi, travaille pour devenir quelqu’un de mûr, de grand, d’équilibré, quelqu’un de libre… quelqu’un qui peut alors s’aimer ! Nourris en toi ce qui est positif et bon, arrache tout ce qui ne l’est point : alors tu t’aimeras.

Mettons de l’amour en nous, aimons-nous, afin d’être aimables pour les autres, afin de pouvoir donner et recevoir de l’amour. Si nous nous détestons, nous détesterons les autres et nous serons incapables d’aimer et de nous laisser aimer. Nous sommes invités à reconnaître ce qui est bon en nous, tout simplement, sans le minimiser ni le mépriser. C’est « cela » qui constitue la valeur incomparable de chaque homme, « cela » qui complète son humanité, qui lui donne un prix inestimable, qui fait de lui quelqu’un d’unique, quelqu’un de profondément digne d’être aimé !

Table

Introduction

Vouloir du bien

S’aimer soi-même

Montrer son amour

Accueillir    

Connaître    

Dialoguer    

Écouter    

Sourire    

Aider    

Obéir    

Chercher à être ensemble

Partager    

(Se) réjouir    

Rendre heureux    

Être heureux    

Découvrir et se découvrir    

Apprendre à aimer    

Être « dans » la personne chère   Être patient    

Servir en sortant de soi    

Faire confiance    

Pardonner au quotidien    

Recommencer    

Prendre soin    

Veiller aux petits riens    

Guérir    

Souvent souffrir et faire souffrir

Consoler    

Comprendre    

Se donner, mourir pour l’autre    

Surprendre    

Se sacrifier    

Compatir    

Promettre    

Persévérer et être constant    

Être fidèle    

Être vrai    

Offrir    

Corriger, se corriger et se laisser corriger

Dire merci    

Enrichir et s’enrichir

Embellir    

Prier    

S’épanouir et éclore    

Rajeunir    

Être    

Vivre    

Faire vivre    

Savoir s’émerveiller    

Être libre    

Contempler    

Partager quelque chose qui ne mourra jamais … pour toujours    

Tout cela    

Épilogue    

bottom of page